LE SAIX - Boucle de Clausonne
>>
Accueil
>
À PIED
>
LE SAIX - Boucle de Clausonne
Le Saix

LE SAIX - Boucle de Clausonne

Patrimoine et histoire
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une découverte de l'Abbaye de Clausonne dans une boucle aux sentiers sauvages entremêlant panoramas alpins et vallons arides.

Au départ du village pittoresque du Saix (tout se prononce), cette randonnée est une véritable immersion dans un écrin de nature préservée, où la promesse de l'émerveillement est tenue jusqu'à la fin. Fortement teintée d'histoire, cette boucle rencontre vieilles pierres, paturages de montagne et merveilles géologiques des gorges du Gouravour, où, avec un peu de chance, la montagne chantera pour vous ... Manon SAPHORE, stagiaire au Pnr des Baronnies provençales


Les 10 patrimoines à découvrir

  • Produits du terroir

    Les vergers des Hautes-Alpes

    Au Saix, dès 1980, le pastoralisme laisse place à l'arboriculture, qui y devient la principale activité grâce à l'irrigation. Les pommes (Golden Delicious et Gala) ont été labélisées IGP (Indication Géographique Protégée) "Pommes des Alpes de Haute Durance" en 2016. Pour les poires, la variété "Comice" est la plus répandue et la plus recherchée. Ces productions tiennent leur qualité à leur concentration en sucre naturel, liée à l'ensoleillement et à la variation des températures du territoire.

  • Patrimoine et histoire

    Le rocher de Saint-Ponçon

    Le site perché et fortifié de Saint-Ponçon, anciennement Oze la Vieille, était habité au Haut Moyen-Âge, comme en attestent certaines traces d'aménagements (terrasses, seuil de porte). À moins de 300m de ce rocher, au sud, s'écoule une source, à l'emplacement d'un récent glissement de terrain, qui alimentait vraisemblablement le village perché. Malgré ces atouts, le rocher est abandonné entre les XIe et XIIIe siècles, pour de nouvelles seigneuries, plus proches des terres cultivées.

  • Patrimoine et histoire

    Le hameau de la Péguière

    Formé au XVIe siècle, le hameau de la Péguière était composé en 1817 de 5 maisons et de 2 étables, autour de prés et de terres labourables. Son nom évoque un lieu de fabrication de la poix ("Peguiero" en provençal). Au cours du XIXe siècle, le nombre de familles installées varie entre 3 et 7, pour une population comprise entre 20 et 30 habitants. Au début du XXe siècle, le hameau commence à être déserté, avant d'être définitivement abandonné au lendemain de la Grande Guerre.

  • Flore

    Les envahisseurs des prairies

    Anciennes terres labourées, ces prairies d'altitude sont désormais dévolues au pâturage. Cet usage entraîne une modification du site, où les espèces non consommées par les troupeaux se développent. Ici, les noisetiers ferment progressivement le milieu et le Vérâtre blanc (Veratrum album), s'y étend de manière excessive, entrainant une diminution de la qualité des pâturages, tant pour l'alimentation que pour le maintien de la biodiversité floristique. La plante est hautement toxique, en particulier sa racine.

  • Sommet

    Le toit des Baronnies ?

    Du haut de ses 1834m la montagne d'Aujour est le point culminant des Baronnies, bien que son sommet à proprement parler ne soit pas classé dans le Parc. Au sein du massif, qui se caractérise par un relief de moyennes montagnes, plusieurs d'entre elles se démarquent comme de forts marqueurs paysagers. Parmi les candidates en lice à la course à l'altitude : la montagne d'Angèle (1606m), la montagne du Duffre (1760m), la montagne de Bonnet rouge (1645m) ou encore la montagne de Mare (1622m).

  • Patrimoine et histoire

    L'Abbaye de Clausonne

    Cette abbaye du XIIe a été par deux fois détruite, une 1ere fois en 1573 lors des guerres de religion puis une 2nde fois au cours de la guerre de Savoie en 1692. En 1993, le 4e régiment des Chasseurs de Gap, à la demande du général Mourès, dégage une partie des ruines de l'abbaye. En 1994, l'association "Les Amis de l’Abbaye de Clausonne" est créée et œuvre depuis en faveur de la sauvegarde et de la restauration de l'abbaye. Un sentier d'interprétation permet de découvrir ce patrimoine culturel.

  • Patrimoine et histoire

    Les moines bâtisseurs

    En contrebas du site de l'abbaye, le torrent de Maraize a creusé des bancs calcaires qui ont servi de carrière. Destinée à la construction, cette dernière constituait une ressource pour l'édification de l'abbaye. Les strates calcaires, situées en berges, étaient donc débitées en pierres de taille, assemblées et liées à la chaux. Malgré la proximité de cette ressource, le caractère gélif des pierres obligea les moines à exploiter une carrière plus éloignée et de meilleure qualité.

  • Patrimoine et histoire

    La retenue du torrent de Maraize

    En amont du rocher de la Vierge, des installations témoignent du réseau d'irrigation mis en place en 1973. Il s'agit de prises d'eau qui visent à assurer l'irrigation des terrains et des exploitations agricoles des communes du Saix et de Saint-Auban d'Oze. Afin d'assurer une alimentation du torrent toute l'année, un barrage de retenue a été créé sur le torrent de Maraize, pour former le lac artificiel de Peysier. Cette création a entraîné la disparition du hameau de Peyssier.

  • Patrimoine et histoire

    La montagne qui chante

    Situées à 1000m d'altitude, les trompes de la ferme du Faï trônent au cœur d'un amphithéâtre naturel. Leurs vastes dimensions cachent de puissantes enceintes musicales jouant avec les aspérités de la falaise parabolique leur faisant face. Installées depuis 1991, les trompes ont fait l'objet d'une restauration soutenue par le Parc des Baronnies pronvençales et l'Europe en 2020. Site sonore expérimental unique au monde, il sert aujourd'hui de support à des festivals ou résidences artistiques.

  • Patrimoine et histoire

    L'ancien projet de route départementale

    La piste traversant le massif, entre le Gouravour et le lac de Peyssier, a pour origine un ancien projet de route départementale, devant relier les communes du Saix et de Barcillonnette en traversant le massif d'Aujour. Le projet est abandonné à la suite de la guerre de 1914-1918. Pour autant, quelques ouvrages de cette époque demeurent dans le paysage, comme par exemple, une cabane de cantonnier située à proximité de l'entrée des gorges du Gouravour ou encore, plusieurs ponts en pierre.


Description

Depuis le parking, emprunter la passerelle traversant le torrent de Maraize et suivre le balisage en direction du col de Combe Escure. Monter jusqu'au col puis, après 1 km, prendre à gauche au panneau directionnel "Abbaye de Clausonne", en direction du sous-bois. Traverser le torrent du Chennet, et poursuivre jusqu'à déboucher dans une prairie.
1- La longer par la droite pour rejoindre une allée bordée d'arbres. Au panneau indicateur laisser le hameau de Péguière sur la droite et descendre à gauche à travers les alpages (bien suivre le balisage !) jusqu'à atteindre l'Abbaye de Clausonne.
2- À l'abbaye, prendre à gauche en direction du Saix, dépasser les vestiges et descendre par la droite et emprunter une calade. Traverser le torrent de Maraize par le ponton (passage impraticable en hiver, le contourner par la piste !) et prendre à gauche au poteau indicateur "moulin de Clausonne" en direction de la ferme du Faï. Poursuivre la descente jusqu'à l'entrée du village du Saix.
3- Traverser le torrent de Suzanne puis emprunter la rue de la Seigneurie et longer l'ancienne école. Au niveau du lavoir, s'engager à gauche dans le chemin de la Péguière et rejoindre le parking de départ.

  • Départ : Parking de la passerelle, Le Saix
  • Arrivée : Le Saix
  • Communes traversées : Le Saix

Profil altimétrique


Recommandations

  • Avant le point 1 : passage abrupt dans les marnes.
  • RESPECTER LA TRANQUILLITE du lieu où on se promène, éviter de crier et ne pas utiliser d’instruments ou d’appareils sonores (radio, etc.), par respect pour les autres usagers mais aussi pour la quiétude de la faune, notamment en périodes de reproduction et d’hivernage où les animaux sont beaucoup plus vulnérables. 
  • Éviter de cueillir les plantes sauvages : certaines d’entre elles sont protégées.
  • Une partie de l'itinéraire est fortement exposée au soleil, prendre l'équipement nécessaire (eau, casquette, crème solaire, ...) pour les chaudes journées d'été. Privilégier un départ tôt le matin pour éviter les heures chaudes de la journée.
  • RISQUE INCENDIE. Le feu est l’ennemi de la forêt… et du randonneur ! Ne pas fumer en forêt et ne pas allumer de feu, d'autant que quelle que soit la saison, c'est interdit ! Et en période estivale, avant de partir en balade, se renseigner sur les conditions et réglementations d’accès aux massifs forestiers.

Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional des Baronnies provençales

575 Route de Nyons – La plaine du Pont, 26510 Sahune

http://www.baronnies-provencales.fr/smbp@baronnies-provencales.fr+33 (0)4 75 26 79 05

Les locaux du Parc naturel régional des Baronnies provençales sont ouverts au public.

Du 1er mai au 30 septembre :
Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Pendant les petites vacances scolaires (toutes zones confondues) :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Du 1er octobre au 30 avril hors vacances scolaires :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h

En savoir plus

Accès routiers et parkings

Depuis Serres (14km), suivre la D1075, la D994 puis la D49 jusqu'à l'entrée de la commune du Saix.

Par Veynes (9km), suivre la D994, la D48 puis la D49 jusqu'à l'entrée de la commune du Saix.

Stationnement :

Parking de la passerelle, à l'entrée ouest du village, première à droite après le pont vert après 250m

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :