VILLES-SUR-AUZON - Histoire insolite d'un 9 avril 1919
>>
Accueil
>
À PIED
>
VILLES-SUR-AUZON - Histoire insolite d'un 9 avril 1919
Villes-sur-Auzon

VILLES-SUR-AUZON - Histoire insolite d'un 9 avril 1919

Patrimoine et histoire
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Ici on raconte une histoire, les gens du pays sont à nouveau sur les chemins. Une balade et une énigme à résoudre ! 

Cette histoire se déroule sur deux communes, Villes-sur-Auzon et Méthamis. Il n’y a pas de sens, cependant pour connaître la fin de cette aventure, il vous faudra faire les 2 sentiers. 
Ce qui nous tient ici à cœur, est que vous puissiez ressentir ces instants de vie d’avant, à Villes, lorsque les charbonniers s’en retournaient au vallon et à Méthamis, lorsque les paysans se retrouvaient là-haut dans la colline, dans les bancau, des instants à la fois rudes mais empreints d’humanité et de solidarité. 


Les 11 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine et histoire

    Nos sources

    Dominique BIBAL, Au sud du Mont Ventoux… un village provençal, Villes-sur-Auzon. 
    Danielle MUSSET, 1996, De mémoire de charbonnier, Éditions Les Alpes de Lumière.
    Paul PEYRE, 2012, Toponymie du Ventoux Les carnets du Ventoux - Les Carnets du Ventoux, Éditions du Toulourenc.

    Remerciements à l’équipe du Foyer rural de Villes-sur-Auzon pour son implication dans la préservation du patrimoine de leur commune et leur soutien dans la conception de ce sentier. Un grand merci à Dominique et Jean-Marie.   

  • Patrimoine et histoire

    Les Gorges de la Nesque

    Avant de vous lancer par monts et par vaux sur les chemins, vous devez savoir une chose ! Ce qui réunit les sentiers de Villes-sur-Auzon et Méthamis, ce sont les profondes et sombres Gorges de la Nesque. Il s’y passe des choses... Et si l’histoire qui est ici contée est une fiction, sachez que bêtes et hommes ont bel et bien existés, que leurs pas, leurs chants, leurs galéjades ont résonné dans la montagne. Suivez le soldat Dalia et lou reinardoun.
  • Patrimoine et histoire

    Le sentier des charbonnières

    Nous sommes ici sur le sentier des charbonnières créé par le Foyer rural de Villes-sur-Auzon en 1990. 40 charbonnières y ont été inventoriées. Une meule avait également été reconstituée par le foyer au village, du charbon de bois avait été produit. Tout le monde se souvient de ces 4 jours et nuits passées autour de la meule incandescente.

  • Patrimoine et histoire

    Revenons à notre histoire…

    Nous sommes le 9 avril 1919, au lendemain de la Grande Guerre. La France se motorise. Tout va prendre de la vitesse, les horizons vont s’étirer. On produit plus vite, on vend plus loin. Les paysans subissent cette accélération de la société. Le temps long des saisons s’estompe. La surface de la terre change, mais qu’en est-il de ses profondeurs…

  • Patrimoine et histoire

    Paul Elzéar Dalia

    Le soldat Dalia vient d’être libéré. Capturé dès le début de la guerre, il a passé quatre interminables années au camp de prisonniers de Puchheim, près de Munich. C’est un gars de Mazan, un tuilier. Il cherche Alice, il a un message pour elle. Paul Elzéar Dalia n’est pas un personnage fictif. Il a réellement fait la guerre, il a été prisonnier, il en est revenu, il a revu ses enfants. Mais comme beaucoup de prisonniers, il revient avec la maladie qui l’emporte peu de temps après son retour.   

  • Patrimoine et histoire

    Les bois

    En 1919, la colline, la forêt n’est pas un lieu de loisir. On ne s’y promène pas, on y travaille ! La forêt offre alors des ressources dont on ne peut se passer. Elle offre l’énergie, le charbon de bois, l’unique combustible de l’époque pour faire tourner les forges, les fours et les verreries. C’est alors un savoir-faire qui remonte au Moyen-Âge.
    Regardez cette carte de Cassini, datant du XIXe, les bois de Villes y apparaissent, on y produit le charbon.

  • Patrimoine et histoire

    Ils ont existé

    Les personnages que vous allez ici croiser sont pour la plupart des gens du pays. Gio Battista Morello, Toinette, Domenico Milesi, Caffalli le forestier, Monsieur Malavard, le facteur dit le Rouquet ont réellement vécu à Villes-sur-Auzon au début du XXème siècle. Il faut alors remercier Dominique Bibal pour son magnifique travail de recherche sur l’histoire de son village, une mémoire pour toujours sauvegardée dans son livre « Au sud du Mont Ventoux… un village provençal, Villes-sur-Auzon ».  

  • Patrimoine et histoire

    Celui qui sait !

    Les beaux jours sont revenus. Ici les hivers et les étés sont rudes. Alors, en ce doux mois d’avril, il y a beaucoup de monde dans la montagne. Le berger, les gardes des Eaux et Forêts, les charbonniers, hommes, femmes et enfants, le muletier, la cueilleuse de simples ont retrouvé la colline.
    Sachez aussi que dans cette histoire, un personnage détient la clef de ce qui « pose problème ». C’est celui qui sait, qui lit les signes de la nature, du ciel, de l’en deçà et de l’au-delà, c’est le berger.

  • Patrimoine et histoire

    Le vallon des Fourneaux

    Le fond de ce vallon est frais, le vent n’y souffle pas ou peu, c’est le lieu idéal pour y installer la meule. Vous reconnaîtrez très facilement les traces des anciennes charbonnières, ce sont des espaces ronds, plats et encore noirs de charbon. La faulde désigne l’emplacement de la charbonnière, elle est parfois soutenue par un muret, on peut aussi trouver à proximité de celle-ci les vestiges d’une petite cabane où vivait la famille.

  • Patrimoine et histoire

    « Èro bèn bèu ! »

    C’était un beau spectacle, mais c’était aussi tout un art. Il fallait en effet maîtriser l’air et le feu, le bois ne devait pas brûler ! Rien n’était gagné, la charbonnière pouvait s’embraser jusqu’au défournement. Alors le charbonnier veillait, il sentait, il écoutait, la porte de sa cabane ouvrait sur la meule. Cela ronflait, cela crépitait, il ne fallait que les fumées piquent la gorge, il fallait qu’elles soient bleues et légères.   

  • Patrimoine et histoire

    Nous en avons assez dit !

    Il vous faut le décor, il vous faut plonger dans le vallon, puis vous élever au-dessus des gorges, longer le gouffre, le vertige fait alors partie du tableau. Marchez d’un pas prudent ! Suivez le soldat Dalia…
    Un dernier conseil, surtout ne lutter pas ! Car à la lecture des quelques mots de provençal qui ponctuent les textes, il se peut vous preniez l’accent du soleil. Un grand merci à Prouvençau Lengo Vivo et Escolo dóu Ventour. 


Description

Du parking, longer la départementale sur 100 mètres direction Villes/Auzon.  Prendre la piste DFCI sur votre gauche. Cette piste forestière file doucement en crête des Adrets. Laisser les pistes qui se présenteront sur votre droite.
1- Au croisement "Beaume du Bélé" (801 m) suivre la direction Les Adrets. Continuer tout droit jusqu’au Jas Henri (double panneau « Il sait… »).Laisser le jas Henri sur votre droite
2- Prendre à gauche au petit cairn, un sentier étroit descend vers le fond de la combe de la Sône. Toujours prendre à droite jusqu’en fond de vallon.
3- Au fond de la combe, prendre le virage en épingle sur votre droite et suivre le fond de vallon, s’y succèdent une série de fauldes, d’anciennes places à charbonnières. Suivre le balisage jaune des PR. Le sentier remonte doucement puis suit la courbe de niveau, avec de superbes vues sur les Gorges de la Nesque. 
4- Au panneau sur les charbonniers italiens   (cabanon en ruine à gauche et grande faulde à droite), redescendre par le PR, balisage jaune, laisser sur votre droite une piste carrossable. Descendre dans le vallon des Fournaux, passer le panneau sur la vie des charbonniers en forêt.
5- Au panneau « Ce filou de pastrihoun », quitter le chemin ! (A voir sur votre gauche, un très bel abri sous-roche habillé de pierre sèche, ayant servi de parc à chèvres.) Attention la suite de la balade sera sur votre droite vers la borie en ruine située au-dessus du chemin. Contourner la borie par la gauche et suivre le balisage dans la chênaie pour rejoindre un sentier, prendre à gauche, puis à nouveau à gauche à la piste carrossable, la suivre sur 200m.
6- Au carrefour "Les Adrets" (728 m) Prendre à droite, direction La gaillarde. Suivre le sentier, traverser une parcelle de reboisement de pins. Retrouver en face de vous la piste DFCI des Adrets empruntée à l’aller. Continuer tout droit, passer à nouveau devant le Jas Henri, le parking est à 1 km. 
 

  • Départ : Parking D1, Villes-sur-Auzon
  • Arrivée : Villes-sur-Auzon
  • Communes traversées : Villes-sur-Auzon et Monieux

Météo


Profil altimétrique


Recommandations

  • En période de chasse, portez une tenue de couleur vive, signalez-vous et respectez la signalétique disposée par les chasseurs.
  • Si vous croisez un troupeau, contournez-le et respectez les règles de prudence vis-à-vis des chiens de protection.

Lieux de renseignement

OTI Ventoux Sud - Villes-sur-Auzon

725, route de Carpentras ZA Les Fontaynes, 84570 Villes-sur-Auzon

http://www.ventouxprovence.frvilles-sur-auzon@ventoux-sud.com+33 (0)4 90 40 49 82

Accès routiers et parkings

À 20 km à l'est de Carpentras par la D942.

Stationnement :

Parking D1, Villes-sur-Auzon

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :