AURIBEAU - Le Mourre Nègre, côté nord
>>
Accueil
>
À PIED
>
AURIBEAU - Le Mourre Nègre, côté nord
Auribeau

AURIBEAU - Le Mourre Nègre, côté nord

Faune
Flore
Sommet
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une classique, aussi sportive que bucolique ! Les dénivelés sont là mais l’ascension est irréelle et les panoramas des crêtes puissants…

« Ne pas gravir le Mourre Nègre serait une lacune m’a-t-on dit ! J’ai donc sans tarder relevé le défi. Le malin sentier sur le flanc nord escarpé du Grand Luberon, révèle une série de vues magnifiques jusqu’aux Alpes. Sur la crête, rebelote côté sud ! Panorama sur le pays d’Aigues, la Durance, la Sainte-Victoire au loin. Au sommet encore, mes yeux pétillent sur les Alpilles, le Petit Luberon, le Ventoux… Quel enchantement ! ». Anne-Camille Vinson, stagiaire master 2 au réseau des Parcs de PACA.


Les 20 patrimoines à découvrir

  • Faune

    Grand-Duc d'Europe

    Le Grand-duc d'Europe, aves ses 1,80 m d'envergure, est le géant de la famille des oiseaux de proies nocturnes. Aussi grand qu'un aigle, il est encore bien représenté sur le territoire du Parc du Luberon (une soixantaine de couples). Il construit son aire dans des falaises escarpées, similaires à celles qui surplombent le sentier, où il se reproduit et élève ses jeunes de janvier à juin. Pour faire face à la disparition du lapin, il a adapté son alimentation pour se régaler de rongeurs, oiseaux, hérissons, reptiles, poissons...

  • Point de vue

    Auribeau, village niché

    Auribeau est un petit village authentiquement rural, dont les habitants sont pour la plupart agriculteurs. Niché dans la verdure sur les contreforts du Grand Luberon, Auribeau est à l’extrémité est du plateau des Claparèdes. L'Aiguebrun, affluent rive droite de la Durance prend sa source sur la commune. Ce site fut de tout temps occupé puisqu’on ne compte plus les restes d’anciennes bories, ni les chemins creusés à flanc de rochers menant à des villages refuges au temps des grandes invasions.

  • Point de vue

    Castellet, village perché

    Perché sur sa colline et surplombé par les ruines de l'ancien Castel (château en provençal), Castellet est bordé par le Calavon d'un côté et le Grand Luberon de l'autre. On y trouve des cultures de céréales et d'arbres fruitiers (cerises de table), une production de raisin de table et de vins d’Appellation d’Origine Contrôlée Luberon. La production de plantes à parfum (lavandin et sauge) fait également fonctionner la distillerie artisanale de Castellet !

  • Savoir-faire

    Four à charbons

    Historiquement, les charbonniers transforment le bois en charbon directement en forêt, au sol. Au cours du XIXe s. des enceintes métalliques de diverses formes apparaissent et remplacent les charbonnières traditionnelles qui demandent un savoir-faire particulier. En plus d’être amovibles, ces fours permettent une carbonisation plus rapide augmentant le rendement. En Luberon, il reste par endroit des cercles de terre noircie ainsi que des plaques de tôle rouillée, vestiges de cette activité.

  • Faune

    Le chamois du Luberon

    Le chamois, Rupicabra rupicabra, a refait son apparition depuis les années 70 dans de rares zones rocheuses du Grand Luberon. La population est estimée à près d’une centaine sur le territoire du Parc naturel régional du Luberon ! Contrairement aux idées reçues, il n’a pas été introduit mais il reconquiert un espace redevenu favorable qui était autrefois le sien, il y a quelques siècles voire millénaires. Il n’est pas rare de voir, en hiver, des mâles en rut se poursuivre sur les falaises escarpées !

  • Flore

    Forêt ancienne

    Les coteaux voisins abritent une belle forêt ancienne, véritable réservoir de biodiversité. Les vieux arbres servant de support ou de garde-manger à tout un cortège d'espèces de la faune et de la flore (lichens, insectes...). La conservation de cette forêt au sein d’un massif concerné par des programmes de coupes participe à la gestion forestière durable et à une continuité de forêts matures à l’échelle du territoire du Parc naturel régional du Luberon.

  • Faune

    La Bondrée apivore

    La Bondrée apivore est un rapace migrateur présent en été pour sa reproduction sur notre territoire. Elle se nourrit principalement d’hyménoptères (guêpes, bourdons, abeilles sauvages…) qu’elle chasse sur les terrains découverts à proximité de son lieu de nidification forestier. Elle peut creuser jusqu’à 40 cm pour déterrer ses mets favoris : les larves ! Gare aux piqûres, pour cela la peau entourant son bec et ses yeux est protégée par de courtes plumes raides ressemblant à des écailles.

  • Géologie

    Le Grand Luberon

    La naissance du Grand Luberon est liée à celle des Pyrénées il y a environ 40 millions d'années. Tout comme celles des massifs orientés est-ouest (Alpilles, Ste-Baume, Ste-Victoire…). Par la suite, la formation des Alpes va rehausser ce relief puis c’est l’érosion qui va le modeler. Tout cela conduit à sa structure actuelle : un flanc nord abrupt et un flanc sud bordé de petites collines. Il est dominé par le Mourre Nègre, facilement reconnaissable à l’antenne de télécommunication qui le surmonte.

  • Elevage et pastoralisme

    Moutons et berger, gardiens des crêtes !

    Vous verrez ici en mai et juin, des moutons en pâture. Grâce à eux, la biodiversité exceptionnelle des crêtes se maintient. Sans pâturage, vous ne pourriez pas observer autant d’insectes, d’oiseaux et de fleurs de printemps. Les moutons favorisent par leur sélection des plantes rares et limitent la fermeture des pelouses par la forêt. Les éleveurs sont soutenus dans leur travail par le Parc, l’ONF et les pastoralistes.

  • Flore

    Pelouses sommitales multi-fonctions !

    La ligne de crêtes du Grand Luberon est massive et arrondie, elle fait 200 à 300 m de large. Recouverte par une association végétale basse très particulière et rarissime, elle offre de nombreux intérêts écologique mais aussi paysager et esthétique : multiples couleurs propres à chaque saison et panorama grandiose. Ce véritable « petit alpage » à vocation pastorale joue également un rôle de pare-feu naturel majeur pour la protection des versants boisés du massif du Luberon !

  • Point de vue

    Mourre Nègre, sommet du Grand Luberon

    Le Mourre Nègre, museau noir en provençal, culmine à 1 125 m et domine les massifs du Grand et du Petit Luberon. Au sommet se dévoile un splendide panorama à 360°. Côté nord, derrière le bassin d’Apt et les plateaux des Monts-de-Vaucluse, le Mont-Ventoux, la montagne de Lure et en arrière-plan les sommets enneigés du massif des Ecrins se distinguent. Côté sud, au-delà de la plaine de la Durance on peut observer la Sainte-Baume, la Sainte-Victoire, l’étang de Berre, la Camargue, les Alpilles…

  • Géologie

    J'ai plusieurs millions d'années !

    Le Luberon ne s’est pas fait en un jour, loin de là ! Sa naissance est liée à celle des Pyrénées, il y a environ 40 millions d'années. C'est aussi le cas des massifs provençaux des Alpilles, Ste-Victoire, Ste-Baume, etc. tous orientés est-ouest. Avec la formation des Alpes, il a connu, depuis 20 millions d'années, plusieurs épisodes de déformation conduisant à sa structure actuelle : un vaste pli en voûte (anticlinal) dissymétrique et chevauchant vers le sud.

  • Faune

    Lignes électriques, menaces aériennes

    Les lignes à haute et moyenne tension créent un réel danger pour les oiseaux en raison des collisions et électrocutions. Pour les grands oiseaux planeurs (aigles, vautours, cigognes), ces infrastructures représentent l’une des principales causes de mortalité d’origine humaine. Des solutions existent : l’enfouissement des lignes, la pose de balises améliorant la visibilité des câbles, le renouvellement des pylônes les plus dangereux, la création de perchoirs sur ceux-ci ou leur meilleure isolation.

  • Faune

    Attention, chenilles urticantes !

    La chenille processionnaire du pin est la larve d'un papillon de nuit (le Thaumetopoea pityocampa) ne vivant que le temps de la reproduction ! Dangereuse pour l'Homme et certains animaux, elle l'est aussi pour la nature puisqu'elle peut provoquer des dégâts forestiers conséquent. Avec leurs poils à l'allure "piquant", ces chenilles sont facilement reconnaissables car elles se déplacent toujours les unes à la suite des autres, en ligne.

  • Elevage et pastoralisme

    Jas, abri pour berger et troupeau

    En provençal le jas désigne les grandes bergeries en pierres sèches (ou non) qui abritent bêtes et gens. Le mot provient du latin "jacium" : gîte, lieu où l'on se couche. En ancien occitan il a très vite désigné le « parc où l’on faisait coucher les troupeaux de chèvres et de moutons dans les pâturages de montagne ». Actuellement, le cabanon abrite les bergers lors de leur présence estivale sur les crêtes du Luberon en « alpage » de juin à juillet.

  • Savoir-faire

    Un sentier est fait pour être usé !

    Cet adage mérite d’être souligné : la fonction d’un sentier est bien de relier un lieu à un autre. Pour autant, ils font également partie de notre patrimoine… et du patrimoine vivant ! La section de sentier que vous foulez témoigne des pluies torrentielles qui aggravent l'érosion de l’assiette du cheminement. Au fil du temps, le passage défendu de quelques motos et l’absence d’entretien régulier, ont favorisé la création d'ornières et une trace parallèle s’est créée par le simple usage des promeneurs.

  • Patrimoine et histoire

    Le fort et la chapelle St-Pierre

    Sur la butte qui se dresse juste au-dessus, perdure un site castral particulièrement intéressant car il n’a pas été altéré par des remaniements de l’extrême fin du Moyen Âge. Restauré récemment, cet ensemble monumental, vraisemblablement édifié entre le dernier quart du XIIe s. et le début du XIIIe s., est une très bonne illustration d’un de ces petits châteaux de second rang, qui s’insère dans un réseau castral dense et hiérarchisé. C'est sur ce site que le village d'Auribeau était implanté vers 1158, autour du point fortifié et d'un prieuré. Les fouilles archéologiques ont permis d'identifier des fortifications, l'enceinte, le donjon, des fours à pain, un cimetière, etc. La vue du sommet de la butte est majestueuse. Mérite amplement le petit-aller-retour !

  • Patrimoine et histoire

    Chapelle Saint-Pierre d'Auribeau

    La chapelle Saint-Pierre était autrefois l’église du village d’Auribeau, implantée auprès d’elle sur le flanc de la  butte,  et  qui  fut  déserté  au  XIVe s.  La nef de deux  travées se termine par une abside en hémicycle couverte en cul de-four. Le matériau est de belle qualité. La façade, le chœur et les chaînes d’angle sont en  moyen appareil. Sur la façade, à droite de l’entrée principale, une inscription rappelle sa dédicace, un 30 mai : III KL IVNII DED I/CACIO… L’église Saint-Pierre d’Auribeau est mentionnée en 1158 parmi les biens dont le pape Adrien  IV confirmait la possession à l’évêque d’Apt.

  • Patrimoine et histoire

    Castrum de Saint-Pierre d’Auribeau

    Le site castral de Saint-Pierre d’Auribeau est implanté sur un piton rocheux. Ce castrum, attesté dès 1004, est dit inhabité en 1333. La topographie d’ensemble correspond à un éperon barré. À l’extrémité orientale sont conservés les éléments monumentaux, fortification et église, tandis que vers l’ouest s’étendaient en éventail les habitats villageois, protégés semble-t-il par un fossé. De plan carré, la tour carrée a est conservée sur près de 8 m d’élévation. La moitié supérieure ainsi que la porte d’accès ménagée à l’étage ont été l’objet d’amples récentes restaurations.

  • Savoir-faire

    Calades provençales

    Les calades sont ces chemins empierrés ou ces rues en pente pavées que l’on retrouve en Provence. La racine « cal » réfère à la pierre et « cala » signifie « descendre » en provençal. Par extension, calader signifie paver. Ce revêtement de sol est constitué de pierres posées de chant (sur la partie la plus étroite), principalement des galets du Rhône ou de la Durance. Certains chemins et rues étaient pavés pour faciliter la marche des hommes et des animaux mais également pour limiter l’érosion.


Description

Sortir du parking et grimper à droite le chemin revêtu (PR). Dépasser une habitation et poursuivre la montée sur un chemin caillouteux.
1- Ne pas rater le 1er croisement de sentier (point 685), virer à gauche (PR). Emprunter le joli sentier en balcon et franchir deux épaules par une succession de montée et descentes.
2- Dans le travers, au pied d'une courte descente raide, bien franchir le 3ème vallon et poursuivre le sentier à flanc à gauche (PR) ; ne pas remonter à droite le sentier caillouteux et étroit du vallon des Trois Eves (sentier parcouru à la descente par les vététistes de la Grande Traversée de Vaucluse !).
3- Au carrefour "Marauvière", bifurquer à droite, franchir deux épingles et continuer l’ascension. Atteindre un vague collet, poursuivre tout droit et continuer le chemin à flanc de coteau. Sortir de la forêt et déboucher sur la piste des crêtes. Virer à gauche et descendre 200 m.
4- À la "Basse de Cabrières", monter sur la bosse à droite (balisage GR® peu évident). Basculer, rejoindre la piste DFCI et l’emprunter en face pour atteindre le pied de la bosse sommitale.
5- À la citerne, gravir le chemin qui grimpe sur le flanc nord et atteindre le Mourre Nègre. Faire le tour du sommet (panorama) en laissant les antennes main droite. Passer sous la ligne électrique, et partir nord-ouest sur le chemin à travers la pelouse sommitale (non balisé). Plonger dans le sous-bois et rejoindre la piste DFCI en contrebas.
6- À la piste, ne pas plonger en face dans le vallon de Font Jean-de-Martin (raide et caillouteux), mais filer à gauche et prendre le chemin parallèle de suite à droite. Monter légèrement, dépasser le petit cabanon du Jas de Brémond et quelques mètres plus bas (poteau), bifurquer à droite. Commencer à descendre en suivant l’épaule, puis plonger à gauche dans le vallon de Roumi (PR). Couper trois fois la piste forestière et bien suivre le sentier très raviné à certains endroits (cairns). Retomber une 4ème fois sur la piste, poursuivre juste en face sur le vieux chemin récemment réouvert (PR) et déboucher de nouveau sur la piste.
7- Au carrefour ''Saint-Pierre'', grimper en face entre les genêts un sentier peu marqué et empierré (non balisé). Déboucher au pied de la tour, grimper à droite jusqu'au sommet des ruines, redescendre par le même chemin puis filer à droite pour rejoindre la chapelle Saint-Pierre à proximité. Ensuite, faire demi-tour, revenir su rla piste (point 7) et prendre le sentier à gauche (PR). Descendre, passer trois virages et terminer par une longue section de chemin caladé. Virer à droite pour rejoindre le parking.

  • Départ : Parking Lucien Peysson, Auribeau
  • Arrivée : Auribeau
  • Communes traversées : Auribeau, Castellet-en-Luberon et Cabrières-d'Aigues

Profil altimétrique


Recommandations

  • Entre le parking et le point 2 : vigilance, section empruntée également par des VTT, mais dans le sens de la descente ! (la Grande Traversée de Vaucluse passe par là).
  • Entre les points 4 et 5 : pelouses sensibles sur les crêtes, bien rester sur les chemins et sentiers.
  • ATTENTION ZONE PASTORALE sur les crêtes, de début juin à fin juillet : en présence de chiens de protection venus à ma rencontre, je ne les caresse pas ni ne les menace. Je m'arrête, puis j'attends patiemment la fin du ''contrôle'' avant de reprendre calmement mon chemin en contournant le plus possible le troupeau. De préférence, ne pas emmener son chien et, sinon, bien le tenir en laisse.
  • En amont du point 7 : sentier très crevassés par les orages, attention aux chevilles  !

Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional du Luberon

60, place Jean Jaurès, 84400 Apt

https://www.parcduluberon.fr/accueil@parcduluberon.fr+33 (0)4 90 04 42 00

Au cœur du centre ancien d’Apt, la Maison du Parc du Luberon vous accueille dans un hôtel particulier du XVIIIème siècle.
Informations touristiques et vente de livres, cartes, topoguides.
Musée de géologie, visite gratuite.

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30.

En savoir plus

OTI Pays d’Apt Luberon

788 avenue Victor Hugo, 84400 Apt

http://www.luberon-apt.fr/oti@paysapt-luberon.fr+33 (0)4 90 74 03 18
L’espace d’accueil principal situé à APT est un lieu d’expériences et d’évènements ouvert à toutes et à tous : professionnels du tourisme, expositions diverses, rencontres, réunions, conférences de presse... Un véritable centre d’échanges ! Une borne pour recharger les vélos électriques BOSCH a été installée dans le bureau.

Bureau d'Apt
788 Avenue Victor Hugo 84400 Apt
T. +33 (0)4 90 74 03 18
Ouvert toute l'année 
Ouvert du lundi samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h. 
Fermé dimanche et jours fériés (hors juillet et août)
Du 1er octobre au 31 mars : Fermé le mercredi, dimanche et jours fériés.

Bureau de Bonnieux
1 Rue Victor Hugo 84480 Bonnieux
T. + 33 (0)4 90 75 91 90
Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h jusqu'au 30 septembre.
Fermé dimanche et jours fériés.
 
Bureau de Céreste
Boulevard Victor Hugo 04280 Céreste
T. +33 (0)4 92 79 09 84
Ouvert du 17 avril au 30 septembre du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.
Fermé samedi, dimanche et jours fériés.
 
Bureau de Lacoste
La Cure - 36, place de l'Eglise 84480 Lacoste
T. +33 (0)4 90 06 11 36
Ouvert toute l'année
Du lundi au vendredi de 9h à 11h30 et de 13h30 à 17h. 
Le samedi de 9h à 11h30.
Fermé dimanche et jours fériés.
 
Bureau de Ménerbes
Avenue Marcellin Poncet 84560 Ménerbes
T. +33 (0)4 90 72 21 80 
Ouvert toute l'année
Ouvert uniquement le matin de 9h à 12h du mardi au samedi jusqu'au 30 avril.
À partir du 2 mai du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h. 
Le samedi de 9h à 12h.
Fermé dimanche, lundi et jours fériés.

Bureau de Roussillon
19 Place de la Poste 84220 Roussillon
T. +33 (0)4 90 05 60 25
Ouvert toute l'année
Du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.
Fermé dimanche et jours fériés (Hors juillet et août)

Bureau de Saint-Saturnin-lès-Apt
Avenue Jean Geoffroy 84490 Saint-Saturnin-lès-Apt
T. +33 (0)4 90 05 85 10
Ouvert du 13 juin au 15 septembre du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.
Fermé samedi, dimanche, lundi et jours fériés.
En savoir plus

Accès routiers et parkings

A 9 km au sud-est d'Apt par la D48.

Stationnement :

Parking Lucien Peysson, situé au pied du massif, côté sud du village d'Auribeau (virer à droite après le cimetière)

Accessibilité

Rando avec âne
Numéro de secours :114

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :