ORPIERRE - Le Rocher Saint-Michel
>>
Accueil
>
À PIED
>
ORPIERRE - Le Rocher Saint-Michel
Orpierre

ORPIERRE - Le Rocher Saint-Michel

Flore
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une approche complète de la vallée du Céans, entre sentier en balcons rocailleux, passages en sous-bois et panorama de sommet.

Avec un départ paisible sur une piste offrant un beau point de vue sur le village et ses falaises, cette randonnée devient plus immersive lors de la traversée en sentier surplombant le Ravin de Bagnols. La montée en forêt vers le Rocher Saint-Michel est récompensée par un panorama sur les vallées du Céans et du Buëch. La descente, plutôt physique, s'effectue exclusivement sur de petits sentiers entre crête et sous-bois dans une ambiance plus sauvage.


Les 9 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine et histoire

    Orpierre, la vallée pierreuse

    Implanté sur son site actuel depuis la fin du Xe s., son nom latin, Vallis Petrosus, signifierait « vallée pierreuse ». Possession des Mévouillon sous l’autorité des Comtes de Provence, puis vendu aux Dauphins, Orpierre échut aux Chalon en 1334. La seigneurie fut intégrée à la France en 1703. Le bourg doit sa prospérité, entre le XIVe et le XVIIe s., aux nombreux passages entre l’Italie et Avignon. Bastion du protestantisme dès 1560, la présence huguenote y est encore forte.

  • Patrimoine et histoire

    L'église Saint-Julien

    Si une église, dédiée à Notre-Dame existait dans le quartier de La Coste à la fin du Moyen Age, c’est l’église Saint-Julien qui, depuis le XVIe s. au moins, remplit les fonctions paroissiales. Détruite dès 1561 par les protestants, elle n’est pas remise en usage avant 1641. De taille modeste, elle est agrandie à plusieurs reprises aux XVIIIe et XIXe s. Le clocher est construit entre 1825 et 1834. Plusieurs chapelles latérales servaient à des confréries du Rosaire ou des Pénitents.

  • Flore

    Le chandelier à sept branches

    La forme de l’imposant platane de la place de l’église a inspiré une légende : au temps où Orpierre était ceinturé de murailles, un voyageur juif voulu rentrer dans le village après la fermeture des portes. La garde refusa malgré la neige et la présence de loups. L'homme dû dormir dehors. Il alluma les bougies d'un chandelier à sept branches pour éloigner les loups. Le lendemain, il ne restait que des traces de sang et le chandelier avait disparu. A la place, poussait un platane à sept branches.

  • Patrimoine et histoire

    Mines du Belleric et du Suillet

    Au nord du village, au fond du vallon du Belleric, une mine plomb et de zinc, propriété de la commune, a été exploitée par des sociétés privées entre 1880 et 1909, principalement entre 1903 et 1907. Elle fut abandonnée en 1911. Jusqu’à 70 ouvriers ont travaillé sur le site. On y observe encore les trous d’entrée de mines, alors que les terrasses sont formées avec des déchets d’extraction. Ces galeries sont anciennes et présentent des dangers. Elles ne sont pas ouvertes au public.

  • Patrimoine et histoire

    Les temples protestants d’Orpierre

    Un premier temple existait à Orpierre dès les années 1560. Un second est construit à la fin du XVIe s. et détruit à la Révocation de L'Édit de Nantes en 1685. Lors de la promulgation de L'Édit de Nantes le 13 avril 1598, les consuls d'Orpierre décidèrent de fondre une cloche destinée à l'horloge publique. Ce clocher menaçant de s’effondrer, la cloche fut démontée et transférée à la fin du XIXe s. au clocher de l’église où elle subsiste toujours. Le temple actuel fut bâti en 1835.

  • Flore

    L'hépatique, 50 nuances de violet

    L'Anémone hépatique (Hepatica nobilis) ou "Fleur de la trinité" se remarque notamment par la couleur mauve de ses pétales qui peut varier selon les différents plants. On peut ainsi observer certaines hépatiques d'un violet profond tandis que d'autres sont d'un rose très pâle, presque blanc. La feuille présente trois lobes qui lui donnent une forme proche de celle d'un foie et constitue un bon moyen pour se rappeler de son nom : l'hépatique. Elle est utilisée en décoction pour ses propriétés diuréthiques.

  • Flore

    Mousses et lichens, atours des ubacs

    Les mousses et les lichens qui habillent les arbres de ce versant ombragé sont des végétaux dit "épiphytes" (qui poussent sur d'autres plantes) et ne constituent pas des parasites pour leurs supports. Les lichens sont le fruit d'une symbiose entre un champignon et une algue. Les tapis de mousse et "touffes" de lichens qui colorent le bois de cet ubac (versant n'étant pas frappé directement par le soleil) témoignent du fait que ces végétaux apprécient principalement les secteurs humides et frais.

  • Point de vue

    Vue sur la Montagne de Chabre

    Le paysage, depuis les abords du Rocher Saint-Michel est marqué au sud par une crête rocheuse rectiligne bordant la vallée du Céans d'ouest en est sur plus de 20 km de long : c'est la montagne de Chabre. La face sud de cette montagne, dont le sommet culmine à 1352 m, donne sur la vallée de la Méouge et permet l'accès à la crête aux nombeux pratiquants de deltaplane et de parapente qui viennent y prendre leur envol. Ce site accueille régulièrement des compétitions internationales de vol libre.
  • Point de vue

    Panorama nord du Rocher Saint-Michel

    A l'approche du Rocher de Saint-Michel (1214 m) se déroule un panorama sur les vallées du Céans et du Buëch et sur les reliefs des pré-Alpes. Au nord, au delà des falaises d'escalade, on distingue la pointe de la Montagne de Beaumont ainsi que le massif du Dévoluy, en arrière plan. Au nord-ouest se dessine la montagne de Saint-Genis, en forme de cirque et présentant des pentes rocheuses bordées de marnes. En arrière plan de ce synclinal perché, on en aperçoit un autre : la Montagne de Céüze.

Description

De la fontaine de la place du village, suivre la D30 en direction de Laragne puis la petite route à droite menant au Camping des Princes d'Orange et, après le pont, remonter la route principale qui passe dans le camping. Poursuivre par la piste jusqu'à une fourche.
1- Monter à droite la piste principale en négligeant, dans un lacet, le chemin d'en face. A la Paturle (ancienne ferme), virer à gauche, laisser une première sente pour continuer en montée quelques instants jusqu'à une seconde fourche.
2- Après l'ancien poteau indicateur en bois, poursuivre par le chemin à droite qui remonte en sous-bois, dépasser les ruines de Paturle et, après une longue traversée sur le sentier surplombant les gorges de Bagnols, arriver à une intersection.
3- L'emprunter à gauche, gravir les deux lacets du sentier et rejoindre une piste. La suivre à gauche jusqu'au collet du Bouzon. Franchir la barrière ONF et poursuivre en direction du sommet Saint Michel. Possibilité de rejoindre le sommet par un raidillon (1216 m ; panorama et table d'orientation) puis revenir à l'intersection.
4- Au niveau du poteau indicateur, descendre le sentier suivant la crête (quelques passages raides sur rocher et en sous-bois) jusqu'à un embranchement. Prendre à droite jusqu'à un nouvel embranchement avec un poteau indicateur.
5- Descendre à droite puis tourner à gauche et retrouver la piste ; la descendre quelques instants pour arriver à l'embranchement de l'aller.
1- Revenir au point de départ par l’itinéraire emprunté à l’aller.

  • Départ : Parking de l'église, Orpierre
  • Arrivée : Orpierre
  • Communes traversées : Orpierre et Sainte-Colombe

Profil altimétrique


Recommandations

  • RESPECTER LA TRANQUILLITE du lieu où on se promène, éviter de crier et ne pas utiliser d’instruments ou d’appareils sonores (radio, etc.), par respect pour les autres usagers mais aussi pour la quiétude de la faune, notamment en périodes de reproduction et d’hivernage où les animaux sont beaucoup plus vulnérables. 
  • Éviter de cueillir les plantes sauvages : certaines d’entre elles sont protégées.
  • Une partie de l'itinéraire est fortement exposée au soleil, prendre l'équipement nécessaire (eau, casquette, crème solaire, ...) pour les chaudes journées d'été. Privilégier un départ tôt le matin pour éviter les heures chaudes de la journée.
  • RISQUE INCENDIE. Le feu est l’ennemi de la forêt… et du randonneur ! Ne pas fumer en forêt et ne pas allumer de feu, d'autant que quelle que soit la saison, c'est interdit ! Et en période estivale, avant de partir en balade, se renseigner sur les conditions et réglementations d’accès aux massifs forestiers.

Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional des Baronnies provençales

575 Route de Nyons – La plaine du Pont, 26510 Sahune

http://www.baronnies-provencales.fr/smbp@baronnies-provencales.fr+33 (0)4 75 26 79 05

Les locaux du Parc naturel régional des Baronnies provençales sont ouverts au public.

Du 1er mai au 30 septembre :
Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Pendant les petites vacances scolaires (toutes zones confondues) :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Du 1er octobre au 30 avril hors vacances scolaires :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h

En savoir plus

OT Sisteronais-Buëch - Bureau d'Orpierre

Le Village, 05700 Orpierre

http://www.sisteron-buech.frorpierre@sisteron-buech.fr+33 (0)4 92 66 30 45

Accès routiers et parkings

A 13 km à l'ouest de Laragne-Montéglin par la D1075 puis la D30.

Stationnement :

Orpierre, place du village

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
6