ORPIERRE - Col de Pierre Vesce à vélo
>>
Accueil
>
VÉLO
>
ORPIERRE - Col de Pierre Vesce à vélo
Orpierre

ORPIERRE - Col de Pierre Vesce à vélo

Elevage et pastoralisme
Patrimoine et histoire
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Entre Drôme et Hautes-Alpes, cette boucle cycliste vous emmène au sommet du col de Pierre Vesce en visitant les alentours d'Orpierre.
Une boucle cycliste aux confins des montagnes les plus retirées du Parc des Baronnies provençales. Elle vous permettra d’emprunter les routes sinueuses, parfois à flanc de montagne, entre Hautes-Alpes et Drôme, qui montent jusqu'au col de Pierre Vesce, à 1013 m d’altitude. Les pentes raides de ce col auront de quoi enchanter les amateurs de dénivelés en deux roues... et de paysages préservés. Un belle escapade sous le regard de cols plus hardus, comme le Reychasset, le Perty ou le Saint-Jean.

Les 11 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine et histoire

    Orpierre, la vallée pierreuse

    Implanté sur son site actuel depuis la fin du Xe s., son nom latin, Vallis Petrosus, signifierait « vallée pierreuse ». Possession des Mévouillon sous l’autorité des Comtes de Provence, puis vendu aux Dauphins, Orpierre échut aux Chalon en 1334. La seigneurie fut intégrée à la France en 1703. Le bourg doit sa prospérité, entre le XIVe et le XVIIe s., aux nombreux passages entre l’Italie et Avignon. Bastion du protestantisme dès 1560, la présence huguenote y est encore forte.

  • Patrimoine et histoire

    L'église Saint-Julien

    Si une église, dédiée à Notre-Dame existait dans le quartier de La Coste à la fin du Moyen Age, c’est l’église Saint-Julien qui, depuis le XVIe s. au moins, remplit les fonctions paroissiales. Détruite dès 1561 par les protestants, elle n’est pas remise en usage avant 1641. De taille modeste, elle est agrandie à plusieurs reprises aux XVIIIe et XIXe s. Le clocher est construit entre 1825 et 1834. Plusieurs chapelles latérales servaient à des confréries du Rosaire ou des Pénitents.

  • Flore

    Le chandelier à sept branches

    La forme de l’imposant platane de la place de l’église a inspiré une légende : au temps où Orpierre était ceinturé de murailles, un voyageur juif voulu rentrer dans le village après la fermeture des portes. La garde refusa malgré la neige et la présence de loups. L'homme dû dormir dehors. Il alluma les bougies d'un chandelier à sept branches pour éloigner les loups. Le lendemain, il ne restait que des traces de sang et le chandelier avait disparu. A la place, poussait un platane à sept branches.

  • Patrimoine et histoire

    Orpierre : le village qui grimpe

    Le village d'Orpierre est niché au pied d'un ensemble de falaises équipées pour l'escalade qui font depuis une trentaine d'années la réputation et l'attraction de ce village. Depuis les années 80 la Mairie d'Orpierre a soutenu et coordonné l'aménagement de ces parois calcaires pour la pratique de l'escalade sportive et des grandes voies. Ce pari a porté ses fruits en redonnant une dynamique économique à ce petit village, aujourd'hui reconnu comme un site d'escalade majeur à l'international !

  • Patrimoine et histoire

    Orpierre et son rapport à la roche

    Le nom d'Orpierre (ou Auripetra au XIIIe s.) semble lier l'histoire du village à celle de son sous-sol et de ses falaises. La présence d'une ancienne mine de plomb argentifère ou, dominant le bourg, d'un ancien château fort, viennent conforter ces liens. Mais depuis 40 ans, avec ses voies d'escalade qui attirent des grimpeurs de l'Europe entière, Orpierre a retrouvé un autre pan de sa prospérité médiévale : l'accueil de voyageurs, quand le bourg était une étape obligatoire entre Avignon et Rome.

  • Patrimoine et histoire

    Un moulin plus accessible

    Aux XIXè et XXè s. les habitants d’Étoile, débarrassés de l’obligation d’utiliser le moulin seigneurial, venaient à celui de Saint-Cyrice. Cela leur évitait un déplacement trop important puisque celui de leur village, Étoile, était bien plus éloigné du fait de l’absence de source hydraulique à proximité. À cette époque, l’activité du moulin connait une forte croissance. Ainsi, en 1936, tandis que seuls 8 habitants sont recensés dans la commune de Saint-Cyrice, 4 personnes domicilent au moulin.
  • Patrimoine et histoire

    De Saint-Cyrice à Étoile-Saint-Cyrice

    La politique de reforestation (lutte contre l'érosion) et le développement de voies de communication modernes (réseau ferroviaire et routes) dont Saint-Cyrice ne profite pas, isolent peu à peu ce village et ses habitants. Avec le remplacement des terres agricoles par la forêt, les villageois quittent Saint-Cyrice, laissant ce dernier à l’abandon. En 1968, pour que le village ne disparaisse pas, Saint-Cyrice est rattaché à la commune voisine d’Étoile-le-chateau qui devient alors Étoile-Saint-Cyrice.
  • Sommet

    Col de Pierre Vesce

    Le col de Pierre Vesce relie la vallée de l'Armalause à celle du Céans. Si son altitude de 1056 m est moindre que celles de ses grands frères, les cols de Perty et du Reychasset, le Pierre-Vesce présente pourtant un réel intérêt pour le cyclisme. Les 200 m de dénivelé de son côté nord se développent sur seulement 2,3 km, offrant ainsi des pourcentages de pente proches de 14% par endroits. Peu fréquentée, cette route est un lieu privilégié pour le cycliste cherchant un cadre de pratique sauvage.
  • Savoir-faire

    Gestes et savoirs d’autrefois

    Depuis l’an 2000, le comité des fêtes du village de Laborel organise, tous les deux ans, une manifestation entièrement gratuite sur « les gestes et savoirs d’autrefois ». Il s’agit de mettre en avant, le temps d’une journée, la vie paysanne et de transmettre aux curieux les gestes et savoir-faire d’antan. Les spectateurs peuvent ainsi voir comment était distillée la lavande, torréfié le café ou encore comment réaliser une lessive à la cendre. En 2019, l’événement fêtait sa 10è édition.
  • Elevage et pastoralisme

    Les prairies de la vallée du Céans

    L’agriculture s’est installée dans les rares terrains plats de la vallée de Céans situés de part et d'autre de la rivière qui coule de Laborel à Orpierre. La vallée est ainsi encadrée par des pentes de 30% à 40% en moyenne. Les fonds plats, même s’ils sont étroits (l’étendue la plus large étant d’environ 400 m), sont donc prisés pour la mise en culture des parcelles. Ici on observe principalement des prairies composées de plantes fourragères destinées à nourrir le bétail.
  • Elevage et pastoralisme

    L'arbre de plein champs

    La pratique des arbres de plein champs date du XVIe s. À l’époque on plante essentiellement des pommiers, des poiriers ou encore des cerisiers dans les prairies. Ces arbres fruitiers permettent à la fois de profiter de la récolte de l’arbre et du champs sur lequel ce dernier est planté. Ils apportent également une ombre aux agriculteurs et aux troupeaux, ce que l'on appelait des "chaumes". L'arbre de plein champs est aussi un perchoir idéal pour les buses et les passereaux.

Description

Quitter le village d’Orpierre en direction d'Étoile-Saint-Cyrice en empruntant la D30.
1- À l’intersection, quitter la D30 pour monter à droite par la D130 (se nommant D116 au passage dans le département de la Drôme) vers Villebois-les-Pins. Pédaler pendant 7 km jusqu'au village de Villebois.
2- Au village de Villebois-les-pins, prendre à gauche la direction du col de Pierre Vesce sur la D65B. Gravir le col et redescendre côté "Laborel".
3- Au pied du col, au carrefour, descendre à gauche sur la D65 vers le village de Laborel. Le traverser puis rejoindre la D30 pour pédaler 5 km et retrouver le village d’Orpierre.

  • Départ : Parking de l'église, Orpierre
  • Arrivée : Orpierre
  • Communes traversées : Orpierre, Étoile-Saint-Cyrice, Villebois-les-Pins, Laborel et Sainte-Colombe

Profil altimétrique


Recommandations

  • RISQUE INCENDIE. Le feu est l’ennemi de la forêt… et du randonneur ! Ne pas fumer en forêt et ne pas allumer de feu, d'autant que quelle que soit la saison, c'est interdit ! Et en période estivale, avant de partir en balade, se renseigner sur les conditions et réglementations d’accès aux massifs forestiers.

Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional des Baronnies provençales

575 Route de Nyons – La plaine du Pont, 26510 Sahune

http://www.baronnies-provencales.fr/smbp@baronnies-provencales.fr+33 (0)4 75 26 79 05

Les locaux du Parc naturel régional des Baronnies provençales sont ouverts au public.

Du 1er mai au 30 septembre :
Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Pendant les petites vacances scolaires (toutes zones confondues) :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h et Dimanche de 14h à 17h30

Du 1er octobre au 30 avril hors vacances scolaires :
Mardi, Mercredi, Jeudi de 14h à 18h

En savoir plus

OT Sisteronais-Buëch - Bureau d'Orpierre

Le Village, 05700 Orpierre

http://www.sisteron-buech.frorpierre@sisteron-buech.fr+33 (0)4 92 66 30 45

Accès routiers et parkings

Depuis Serres (18 km) rejoindre la D30 par la D1075. 

Stationnement :

Parking de l'église, Orpierre

Accessibilité

VTC
Numéro de secours :114

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
5