MOUSTIERS-SAINTE-MARIE - Le Tour des Gorges du Verdon
>>
Accueil
>
À PIED
>
MOUSTIERS-SAINTE-MARIE - Le Tour des Gorges du Verdon
Moustiers-Sainte-Marie

MOUSTIERS-SAINTE-MARIE - Le Tour des Gorges du Verdon

Eaux et rivières
Patrimoine et histoire
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une randonnée en itinérance dans le plus beau Canyon d’Europe

Cette itinérance en 7 jours, chemine d’une rive à l’autre du site emblématique des Gorges du Verdon en reliant 7 communes et 2 départements tous impliqués dans l’opération Grand site de France des Gorges du Verdon. Entre gorges vertigineuses, plateaux suspendus et montagnes, il entraine le randonneur sur les pas des explorateurs Edouard Alfred Martel et Isidore Blanc. Il révèle la mémoire des cueilleurs de buis et des bergers. Ce voyage à pied particulièrement adapté au printemps et à l’automne permet une réelle immersion dans le plus Grand Canyon d’Europe. Il faut souligner que la création de cet itinéraire a été financée par le programme de l’Union Européenne LEADER Grand Verdon, (fonds FEADER) la région Sud et le département des Alpes de Haute Provence.


Les 50 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine et histoire

    Moustiers pittoresque

    En toutes saisons, Moustiers vous offre de magnifiques promenades que cela soit au coeur du village avec son patrimoine architectural étonnant, ses fontaines, ses ruelles pittoresques.

  • Savoir-faire

    Les ateliers

    Regroupant 14 ateliers et près de 22 magasins de faïence, Moustiers demeure un centre de fabrication française de renommée internationale par la finesse de sa faïence et ses décors uniques et reconnaissables.

  • Patrimoine et histoire

    Promenades...

    En toutes saisons, Moustiers vous offre de magnifiques promenades que cela soit au coeur du village avec son patrimoine architectural étonnant, ses fontaines, ses ruelles pittoresques.

  • Savoir-faire

    La faïence de Moustiers

    La renommée de Moustiers ne tient pas seulement à son site, aussi exceptionnel soit-il. Pour de nombreux connaisseurs, Moustiers est synonyme d’art de la faïence et les pièces anciennes “en Moustiers”, qui comptent parmi les plus fines faïences de France, sont extrêmement recherchées des connaisseurs. De nombreux musées, de nombreux châteaux ou maisons aristocratiques possèdent une ou plusieurs pièces anciennes de Moustiers. On peut en admirer au Musée de Sèvres, au musée de Lyon, au Louvre.
  • Patrimoine et histoire

    Moustiers Sainte Marie

    Moustiers-Sainte-Marie puise ses racines dans une étroite relation entre l’homme et le milieu. Le village entouré de collines en restanques plantées d’oliviers se situe aux portes des Gorges du Verdon. Moustiers a posé ses maisons et ses ruelles animées dans l'échancrure d'un rocher. Connu et reconnu pour sa production de faïence Classé un des plus beaux villages de France. Le site est bâti en amphithéâtre à 630m d'altitude au milieu de paysages exceptionnels et de deux pitons rocheux.

  • Eaux et rivières

    RIP isylve

    La Maïre est l’un des principaux affluents du lac de Sainte Croix. Elle nait de la confluence des ravins de Notre Dame et du Riou à Moustiers Sainte Marie. . De nombreux gros arbres dépérissant sur la ripisylve constituent un risque important pour la circulation de la Maïre et pour la ripisylve. Opportunément chaque année on retire de gros sujets du cours d’eau ou bien on procède à un abattage préventif. Le défaut d'entretien pourrait générer des conséquences majeures pour les ouvrages (ponts, digues).

  • Patrimoine et histoire

    Le Jas de Barbin

    La ferme en ruine du Jas de Barbin témoin d’un passé ou la vie était présente même dans les endroits les plus reculés.
  • Flore

    Lavande fine

    Le lavandin, aux fragrances “rustiques” est un hybride stérile entre la lavande “à large feuilles” et la lavande “fine”. Elle est réservée aux lessives et autres produits d’entretien. La lavande fine est la seule recherchée par les parfumeurs. Pour les reconnaître, votre nez restera le moyen le plus sûr car les différences botaniques sont peu nettes et assez relatives : hampe florale ramifiée et inflorescence développée pour le lavandin, hampe simple et inflorescence courte pour la lavande fine.

  • Point de vue

    La bas la Palud

    Le village est situé au centre d'un territoire unique au monde, premier Canyon d'Europe, au coeur du Parc Naturel Régional du Verdon et de la réserve géologique de Haute Provence. C’est un des sites les plus réputés pour l'escalade et les activités de pleine nature.

  • Patrimoine et histoire

    La Palud-sur-Verdon et le château des Demandolx

    Les Demandolx, seigneurs locaux, souhaitent aménager une demeure de plaisance. Cinq siècles plus tard, ils commencèrent à bâtir le château contemporain aux quatre tours rondes. En 1789 (à la révolution) la bâtisse enfin terminée revint aux habitants. Elle fut ainsi habitée pendant près de deux siècles par une dizaine de propriétaires avant que la commune résolue ne la rachète pour la consacrer à l'environnement. Restauré il y a peu, il héberge aujourd’hui la Maison des Gorges du Verdon.

  • Refuge

    Chalet de la Maline

    Refuge C.A.F ce gîte est placé sur l'un des belvédères les plus ouverts sur les Gorges du Verdon. C'est un lieu d'accueil unique sur la route des Crêtes au caractère typiquement provençal. Une situation exceptionnelle sur le grand canyon, au départ du célèbre sentier Blanc-Martel et de l'Imbut, étape du GR®4, au cœur du Parc naturel régional du Verdon, pour vos séjours de randonnée, escalade, vélo de montagne, eaux vives. Jean Faure, le nouveau gardien vous accueillera dès le 26 mars 2016.

  • Point de vue

    Vue panoramique

    Depuis le chalet de la Maline , une vue magnifique s’offre à vous laissant présager une belle randonnée au fond des gorges. Sur l’autre rive on aperçoit les falaises des Cavaliers.

  • Patrimoine et histoire

    Au fond des gorges l'aventure en barque

    Pour connaitre l’origine du nom du sentier (Blanc- Martel) il faut revenir le 11 aout 1905, au bord de la rivière. Il y a Alfred Martel mandaté par le ministère de l’agriculture pour explorer le Verdon. 3 hommes de Rougon vont accompagner l’équipe, dont Isidore Blanc, chantre local des beautés du lieu, sans qui l’exploration n’aurait pu se faire. L’aventure durera 3 jours et demi, au cours desquels les barques chavirent et se déchirent. L’aventure continue, l’exploration des gorges est faite.

  • Patrimoine et histoire

    La brèche Imbert

    Les échelles de la Brèche Imbert permettent le passage dans l’étroite cheminée de la Grande Brèche. Elles ont été définies au cours des années 1920 par Iwan Imbert. Les habitants de la Palud et de Rougon ont réalisés cet ouvrage monumental composé initialement de 152 marches métalliques et de 67 marches en bois. Prés de 5 tonnes de matériaux furent acheminées à dos d’hommes et de mulets puis assemblées sur place. En 2012 l’ouvrage vétuste, a été entièrement démonté et reconstruit.

  • Géologie

    Le Verdon au fond des gorges

    Le dessèchement de la mer Méditerranée, il y a 5 millions d'années, entraîne une grande érosion des massifs parcourus par les rivières. Le Verdon va entailler à une très grande vitesse les massifs jurassiques et les gorges vont se creuser au maximum. Quand la Méditerranée se retrouve à son niveau normal, le creusement des gorges s'arrête.

  • Faune

    Fauves, vous avez dit fauves ?

    Les voici de retour dans le Verdon depuis une dizaine d’années, ils ont été réintroduits à Rougon. Vous admirerez leur grand vol plané sur fond de roches, ou bien leur montée nonchalante dans les airs lorsqu’ils utilisent les courants ascendants. Ce sont les vautours fauves (Gyps Fulvus). Munissez-vous de jumelles : vous verrez leur long cou, leur tête blanche qui tranche sur le brun de leur plumage, et leur gros bec de rapace charognard.

  • Point de vue

    Une vue du haut

    Vue sur le sentier Blanc-Martel, avec les eaux cristallines du Verdon

  • Point de vue

    La Baume-aux-Pigeons

    Vue depuis une ouverture dans le tunnel du Baou ( la Baume-aux-Pigeons )

  • Patrimoine et histoire

    Le tunnel du Baou

    Le tunnel du Baou, long de 650 m, est le témoin d’un ancien aménagement hydro-électrique qui visait à canaliser les eaux du Verdon entre les parties amont et aval des gorges. Le projet prévoyait de réaliser une usine hydroélectrique à la sortie du grand canyon et de dévier sur 20 km le Verdon à travers un canal maçonné, passant à flan de falaise ou à travers roche, dans des tunnels tel que celui-ci. Entreprise titanesque qui commence en 1905, quatre années plus tard les travaux sont abandonnés.

  • Géologie

    Tout simplement Sublime

    Le Grand Canyon du Verdon s’étire sur 21 kilomètres au sud de l’entité. C’est un site grandiose qui offre une large palette de paysages rocheux contrastés. Le belvédère du Point Sublime s’ouvre sur un méandre du Verdon et les falaises du fossé de Rougon. C’est un paysage tourmenté qui marque le début du Grand Canyon. C’est le pays des calcaires blancs du Jurassique. Au Quaternaire, le Verdon et ses affluents l’ont érodé souterrainement puis ont dégagé de grandes falaises verticales.

  • Point de vue

    Samson sans Dalila

    Le torrent sort par la diaclase oblique le « couloir Samson ». Le colosse de la mythologie n’est pas venu écarter les murailles, la toponymie du lieu repose sur quelque chose de plus étrange que les colonnes du temple. La paroi, rive gauche est dans sa partie moyenne une sorte de cariatide sur laquelle apparait une surprenante image, celle d’un personnage gigantesque vêtu d’une robe des temps bibliques. L’attitude générale du corps et des membres est très ressemble à l’exploit du célèbre Samson.

  • Savoir-faire

    Horaires des autocars

    Horaires des autocars
  • Point de vue

    Panorama sur le Canyon

    Au départ de Rougon vues panoramiques sur les secteurs de Castellane, du Grand Canyon, et vous apercevrez peut-être, dans le ciel, le vautour fauve des gorges du Verdon.

  • Elevage et pastoralisme

    Le paradis des ovins

    Le plateau et ses alentours constituent aujourd’hui une zone de dépaissance pour les ovins. Cette mise en valeur est relativement récente. Les montagnes pastorales de Rougon se réduisaient donc à la partie haute des vastes reliefs de Traversières et au quartier dit de la Grau, situé à l’ouest de Suech. Cette zone contient des espaces épierrés afin que l’herbe y pousse mieux. L’automne venu, les ovins gagnaient les chaumes des terres céréalières, alors moissonnées.

  • Patrimoine et histoire

    Mure ton clapier

    Le plateau de Suech comme les pieds de pente qui le bordent étaient dévolus à la culture des céréales. Chaque famille rougonaise y possédait quelques parcelles. . Les murets de soutènement des terrasses de cultures s’y devinent encore en lumière rasante, et les clapiers (ces tas de pierres provenant de l’épierrement des labours) ponctuent les lieux. Le Clot des Ordes, un replat de hauteur au nord du plateau, témoigne aussi du fait que l’on y cultivait de l’orge (ordi en provençal).

  • Patrimoine et histoire

    Sur un plateau

    Le plateau de Suech, grouillait de vie il n’y a pas si longtemps. C’était d’abord, avant la création de la route des gorges (début XXe siècle), le lieu de passage obligé pour qui se rendait de Castellane à Moustiers, Saint-Jurs ou la Palud. Cet itinéraire de hauteur recouvre d’ailleurs une voie romaine, témoin de son ancienneté. Un chemin de moindre importance s’en détachait à partir du lieu-dit Caron, il permettait de rallier le village de Rougon en contrebas.

  • Flore

    La fine des fines

    Au bord de mer aux sommets du Verdon se succèdent en altitude trois espèces de lavandes. “Maritime” en bord de mer, “à large feuilles” en plaine, puis en moyenne montagne, comme à Rougon, la lavande “fine”. Le lavandin cultivé sur le plateau de Valensole est un hybride stérile entre les deux dernières. Le lavandin, aux fragrances “rustiques” est réservé aux lessives et autres produits d’entretien. La lavande fine est la seule recherchée par les parfumeurs.

  • Point de vue

    Vue sur la vallée

    Depuis la voie romaine, des points de vues magnifique sur la vallée et les grandes gorges du Verdon.

  • Faune

    Une vipère au soleil

    Les vipères apprécient les lieux secs et ensoleillés. Elles affectionnent les pierres qui restituent la chaleur la nuit. Mais, elles ne dédaignent pas pour autant les lieux humides et, fait est, que l'on en rencontre fréquemment au bord des torrents ou des étangs. Elle est très peu agressive par contre, plus il fait chaud, plus elle réagit vivement. Malgré tout, si son mimétisme et son immobilisme sont ses meilleurs moyens de défense, en cas de souci, elle préfère s'éclipser à la moindre alerte.

  • Patrimoine et histoire

    La fôret disparu

    Et ce n’est pas tout : une forêt occupait les reliefs à l’est du plateau jusqu’au XVIIe siècle, elle fut détruite au cours du XVIIIe. Ses usages (ramassage du bois mort, coupe du bois de charpente, etc.) furent strictement réglementés dès le Moyen-Âge. Les bêtes de somme (bœufs, ânes, mulets et bourriques) mangeaient là l’herbe qui poussait sous les arbres comme les feuilles des branches basses depuis la fête de Pentecôte jusqu’à la fin août, sous la conduite d’un gardien communal.

  • Point de vue

    Le Robion

    Le Robion est l’un des plus hauts sommets autour de Castellane, il culmine à 1660 m.Cette montagne domine les gorges du Verdon et offre un panorama à 360°. Vous y trouverez plusieurs parcours de randonnée pour monter à son sommet ou en faire le tour. Cette montagne présente deux versants différents. Vous apercevrez la Chapelle de St Trophine cachée sous un baou rocheux. Le versant nord est boisé et arrondi tandis que le versant sud est très vertical c’est celui que vous apercevez sur la photo.

  • Patrimoine et histoire

    La chapelle troglodyte

    Le Robion est l’un des plus hauts sommets autour de Castellane, il culmine à 1660 m.Cette montagne domine les gorges du Verdon et offre un panorama à 360°. Vous y trouverez plusieurs parcours de randonnée pour monter à son sommet ou en faire le tour. Cette montagne présente deux versants différents. Vous apercevrez la Chapelle de St Trophine cachée sous un baou rocheux. Le versant nord est boisé et arrondi tandis que le versant sud est très vertical c’est celui que vous apercevez sur la photo.

  • Savoir-faire

    Balisage et signalisation

    Sur le terrain, le jalonnement des itinéraires consiste en marques de balisage réalisées par différents procédés : peinture, autocollants, plaques PVC ou alu sur jalon, poteau directionnel et sur différents supports : rochers, arbres, murs, les poteaux. Leur fréquence est fonction du terrain. Le balisage et la signalisation des itinéraires de randonnée pédestre sont régis par une charte officielle. Le balisage est entretenu par près de 9 500 baliseurs bénévoles de la Fédération Française de randonnée pédestre.

  • Point de vue

    Le Rocher du fort

    Depuis le chemin vous avez une vue sur le lieu dit Rocher du fort.
  • Flore

    Au pied de mon arbre

    Le chêne blanc, également connu sous le nom de chêne pubescent, est une espèce d'arbre majestueux répandue en Europe. Il se distingue par son écorce grisâtre et son feuillage persistant. Ses feuilles, recouvertes d'un duvet argenté, lui confèrent une beauté singulière. Le chêne blanc est apprécié pour sa résistance et sa longévité, symbolisant la force et la sagesse. Il abrite une biodiversité riche et joue un rôle essentiel dans les écosystèmes forestiers. C'est un véritable emblème de la nature et de la sérénité qu'il incarne.

  • Eaux et rivières

    Le Jabron

    Le terme Jabron vient de la base préceltique gava, qui sert à nommer les torrents de montagne, il prend sa source au nord-est de Peyroules, à 1 150 m d'altitude. Au sortir de Peyroules, direction sud-ouest, le Jabron traverse successivement les communes de Châteauvieux, où ses berges culminent à 1 000 mètres d'altitude, de Brenon, un des plus petits villages du Var. Le Jabron conflue avec le Verdon à la hauteur du pont de Carajuan, à proximité du Point Sublime, sur la commune de Trigance.

  • Patrimoine et histoire

    Le pont qui résiste

    Le "pont Sainte-Anne" relie les deux rives du Jabron et est d'une grande importance. Initialement construit en planches, il fut nommé d'après la chapelle voisine dédiée à Saint-Anne. Au fil des années, il subit les ravages de la rivière, nécessitant des réparations constantes. En 1636, un impôt fut voté pour sa réparation, suivi de nouveaux travaux en 1642 pour assurer le passage sécurisé des personnes et des animaux. Malheureusement, il fut entièrement détruit en 1644. En 1707, un nouveau pont à trois arches fut construit avec la contribution des habitants et l'aide de nombreux ouvriers. Malgré les efforts pour le maintenir en bon état, il s'effondra en 1740, laissant la commune dans une situation difficile jusqu'en 1759. À cette date, un projet de pont en pierre fut envisagé et financé par la viguerie de Draguignan. Après des protestations concernant la qualité du travail, l'ouvrage fut finalement achevé en 1761, offrant une solution durable pour traverser la rivière et résister aux caprices des eaux.

  • Patrimoine et histoire

    La chapelle Saint Roch

    En 1629, une terrible épidémie de peste ravagea la Provence. Les mesures sanitaires ne suffisant pas à la juguler, on construisit aussi une chapelle qui fut dédiée à Saint-Roch. Elle fut terminée en 1643. Depuis cette époque, une fête de la Saint-Roch se déroule chaque année du 14 au 16 août, organisée à l'origine par la confrérie de Saint-Roch. Une messe est dite dans la chapelle à cette occasion

  • Patrimoine et histoire

    Le village de Trigance

    Trigance est un beau village médiéval posé à l'abri du rempart formé par les murs extérieurs de ses maisons aux maçonneries épaisses. Le village est dominé fièrement par son château-fort. Trigance cache sous les quatre grosses tours de son château du XI° de véritables trésors à remonter le temps : l'église paroissiale St Michel (XV°) avec son clocher carré, plusieurs chapelles, le portail du village, le pigeonnier, le campanile

  • Patrimoine et histoire

    La Commanderie de Saint-Maymes

    La ferme est nichée sur un vaste plateau à 7 km du petit village médiéval de Trigance. La bâtisse est constituée de deux corps de bâtiments séparés par une ruelle de pierres blanches polies par le temps (Calade) qui date du XIIe siècle : une ancienne commanderie de l'ordre des Templiers. Elle surplombe une immense plaine que borde la petite montagne de Chastillon. Elle abrite en son sommet les vestiges d'un oppidum.

  • Patrimoine et histoire

    Loin de la mer le Conservatoire du Littoral

    Dès 1975, la gestion des lacs d’une superficie supérieure à 1000 ha sont intégrés à l’aire de compétence du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres. Ce sont aussi des milieux naturels qui accueillent une multitude d’espèces faunistiques et floristiques, d’où l’intérêt de leur protection par le Conservatoire. En plein cœur des Gorges les terrains de la commune d’Aiguines sur le lac de Sainte Croix acquis par le conservatoire bénéficie donc de cette protection.

  • Patrimoine et histoire

    D’une zone rurale à un camp militaire

    Créé en 1970, le site de Canjuers, d’une surface de 35 000 hectares, est le plus grand camp d'entraînement militaire d'Europe occidentale. Il est interdit d’accès au public, sauf exceptions : exploitation du bois, transhumance d’ovins, etc. C’est aujourd’hui un symbole d’expropriation. Habitations, fermes, terres, autant de lieux perdus par les habitants, comme en témoigne l’ancien village de Brovès. Une activité rurale qui a laissé le site presque inhabité où la nature prédomine.

  • Point de vue

    Vue sur le lac et les gorges

    Depuis le Margés une vue imprenable sur le canyon, le plateau de Valensole et le lac de Sainte Croix.

  • Point de vue

    Gorges profonde

    Depuis le sommet une vue imprenable sur les gorges du Verdon et les Préalpes.
  • Point de vue

    D'ici on a la halte Itude

    Vue sur le lac de Sainte Croix, le plateau de Valensole, les collines du haut Var, il n'est pas rare de voir passer les vautours, à plus de 1500 m d'altitude sensations garanties.
  • Flore

    Les ronds de sorcières

    Le rond de sorcière (ou parfois , cercle des fées ou mycélium annulaire) est un phénomène naturel, consistant en une colonie de sporophores pérennants alignés en une formation plus ou moins circulaire, en sous-bois ou dans les prés. Vous en trouverez dans les prairies du grand Margés.

  • Patrimoine et histoire

    Le Maquis Vallier

    Le Margès et le plan de Canjuers sont un lieu de mémoire de la Résistance de la Seconde guerre mondiale du haut-Var. Entre 1943-1944, le maquis de l’Armée Secrète, maillon de toute une organisation de la Résistance, s’y établie. Il portera le nom du Maquis Vallier, en référence à son Lieutenant, Gleb Sivirine dit Vallier. Composé de nombreux réfractaires au STO – service de travail obligatoire, le groupe atteindra une centaine d’hommes et fonctionnera comme un camp d’entrainement militaire.

  • Flore

    Hêtre ou ne pas hêtre

    La hêtraie d’Aiguines est une hêtraie méditerranéenne. C’est assez rare, le hêtre étant une essence qui aime les températures modérées et une hygrométrie élevée. La fraîcheur et l’humidité des Gorges ont permis à cette essence de s’implanter sur les coteaux orientés au nord, au-dessus du Verdon sur la commune d’Aiguines. Cette forêt mature abrite de très beaux arbres centenaires, une diversité de végétation remarquable ainsi qu’un large cortège d’espèces animales. Un foyer de biodiversité !

  • Savoir-faire

    Ne perdez pas la boule

    Depuis le XVIe siècle Aiguines est le village des tourneurs sur bois. La présence de la forêt a permis d’exploiter plusieurs essences dont le buis. Les ramasseurs allaient jusque dans les gorges pour le couper. Il a surtout été utilisé pour la fabrication de la boule cloutée, qui a fait la réputation de la commune. Pour revivre cette épopée passionnante, visitez le musée des tourneurs sur bois, les ateliers d’artistes et l’école Escoulen qui marquent le renouveau de l’activité.

  • Patrimoine et histoire

    Aiguines avant le lac

    Au XIXème siècle, la commune est peuplée de 900 habitants dont la moitié vit dans le village. L’autre partie vit sur le plan de Canjuers pratiquant le pastoralisme et l’élevage de chevaux. Durant cette période, l’activité de tournerie sur bois se développe dans le village. Cette activité perdurera jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.


Description

Ce sentier de sept étapes offre une aventure exceptionnelle à travers les paysages époustouflants du Grand Canyon du Verdon. Vous débuterez sur les contreforts des montagnes, dominant les Gorges du Verdon, offrant des vues spectaculaires sur le lac de Sainte-Croix et le Mont Ventoux pour arriver à la Palud sur Verdon. La marche continue le long du mythique sentier Blanc-Martel, une création du Touring Club de France, offrant des panoramas à couper le souffle jusqu’à Rougon. L'étape suivante vous conduit vers le plateau steppique de Suech, puis le hameau de Chasteuil, passant sous les impressionnantes Cadières de Brandis. Vous atteindrez alors Castellane. La randonnée se poursuit en longeant les contreforts du Robion en traversant la forêt domaniale des Gorges du Verdon, puis vous rejoindrez le village médiéval de Trigance, la porte d'entrée de la vallée du Jabron. Vous effectuerez ensuite la traversée du pont de l'Artuby, l'un des plus hauts d'Europe et vous ferez une étape à la Ferme des Cavaliers propriété du Conservatoire du Littoral au cœur des Gorges. Vous passerez ensuite par la réserve biologique dirigée de la hêtraie d'Aiguines, atteignant le sommet du Grand Margés et ses 1577m avec des vues panoramiques à 360° à couper le souffle avant de redescendre sur le village perché d’Aiguines. La dernière étape vous conduit le long des berges du lac de Sainte Croix, traversant le Pont du Galetas pour rejoindre Moustiers-Sainte-Marie. C'est une aventure de randonnée incomparable à travers les paysages exceptionnels du Grand Canyon du Verdon offrant une expérience de randonnée riche en diversité de paysages et de défis.

  • Départ : Moustiers-Sainte-Marie
  • Arrivée : Moustiers-Sainte-Marie
  • Communes traversées : Moustiers-Sainte-Marie, La Palud-sur-Verdon, Rougon, Castellane, Le Bourguet, Trigance et Aiguines

Météo


Profil altimétrique


Recommandations

Se reporter aux recommandations spécifiques de chaque étape. Prévoir 3 L d'eau par personne, un chapeau, des chaussures de randonnée, une carte, un encas vérifier la météo. Afin d’éviter les fortes chaleurs estivales, partir tôt. Saisons privilégiées : printemps et automne. Lire les recommandations concernant les patous, l’élevage ovin est présent sur ce territoire et informez-vous pendant la saison estivale sur l’ouverture des massifs forestiers (juin à septembre)


Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional du Verdon - Domaine de Valx

Domaine de Valx, 04360 Moustiers-Sainte-Marie

http://www.parcduverdon.fr/info@parcduverdon.fr+33 (0)4 92 74 68 00

OT Gréoux-les-Bains

7 place de l'hôtel de ville, 04800 Gréoux-les-Bains

http://www.greoux-les-bains.com/greoux-les-bains/fr/40/office-de-tourisme.htmlgreouxlesbains@tourisme-dlva.fr+33 (0)4 92 78 01 08

OTI Lacs et gorges du Verdon

Place Martin Bidouré, 83630 AUPS

http://www.lacs-gorges-verdon.fr/

OTI Verdon Tourisme

Rue nationale, 04120 Castellane

http://www.verdontourisme.comcastellane@verdontourisme.com+33 (0)4 92 83 61 14

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking gratuit sous le village

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
44